Syndicat National des Radios Libres
SNRL

snrlnew

Audiovisuel & Technologies

Radio Numérique Terrestre : il faut avancer !


Lundi 10 Septembre 2012 - 08:53

Après l'annonce du Gouvernement jeudi 6 septembre de ne pas envoyer le service public sur la RNT, le CSA a déclaré vendredi 7 septembre poursuivre les trois premiers appels sur Marseille, Nice et Paris et renouveler les expérimentations en cours, notamment celle du GRAM, à Nantes, soutenue par le SNRL.


Le Syndicat National des Radios Libres (SNRL) a pris acte de la décision du Gouvernement, communiquée par voie de presse le jeudi 6 septembre 2012, de ne pas préempter de fréquences pour le compte de Radio France et de RFI, dans le cadre des trois premiers appels à candidatures en Radio Numérique Terrestre (RNT) sur la Bande III, initiés par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) sur les zones de Marseille, Nice et Paris. Cette option est contre-productive. Pour autant, elle est provisoire.

Le SNRL accueille avec satisfaction l'ambition affichée par le Gouvernement de travailler à réduire la " fracture radiophonique" existant en France, notamment en zones rurales, et d'avancer vers davantage de diversité sur les ondes : "La numérisation du média radio est un excellent instrument au service de cet objectif". Le SNRL n'a cessé de promouvoir ce but, notamment lors des dernières élections, et rappelle que la numérisation de la diffusion hertzienne est inscrite dans la Loi. Cela exige la poursuite des appels à candidatures en Bande III sur les 20 grandes zones prévues par le CSA.

Dans cette perspective, le SNRL se félicite de la prochaine adoption de la norme DAB+, norme expérimentée à Nantes et promue par notre organisation professionnelle depuis plus de 6 ans. Si le Gouvernement tient à "encourager les efforts de certains éditeurs (...) , pour tenter de trouver des solutions adaptées à leur modèle économique", nous souhaitons voir poursuivre les expérimentations, et les développer dans toutes leurs dimensions, y compris normatives, avec le soutien nécessaire de la DGMIC et de la DGCIS (*) d'ores et déjà saisies par le syndicat. Il s'agit de lever les derniers doutes, tant opératoires qu'économiques, conditionnant le succès du déploiement national de la RNT.

Le 27 octobre prochain, à Reims, dans le cadre de son congrès annuel, le SNRL sera à nouveau force de proposition. Il présentera les axes d'un modèle technique et économique innovant, adapté aux spécificités des radios locales et associatives, porté par les éditeurs volontaires, réalisable avec les investissements productifs dédiés à l'Economie Sociale et Solidaire sur les territoires.

Gageons que la volonté du Gouvernement de préserver "l'économie parfois fragile des acteurs, en particulier (des) radios associatives", se concrétise avant la fin de l'année, notamment pour les éditeurs de catégorie A positionnés sur les trois premières zones de déploiement.

Le SNRL appelle les radios associatives candidates en RNT sur les zones de Marseille, Nice et Paris à poursuivre leurs démarches et le CSA à renforcer leur présence sur les territoires concernés.

Les conditions du succès de la Radio Numérique Terestre relèvent aussi de la présence de tous les acteurs du secteur. Le SNRL invite, d'une part, le Gouvernement à réexaminer dès que possible la présence du service public sur la Bande III, et invite, d'autre part, les grands réseaux généralistes à rejoindre l'élan collectif pour la RNT, afin de réussir, ensemble, la modernisation du média radio.

Pour autant, le SNRL ne saurait se satisfaire des conditions actuelles de déploiement de "la radio hybride par voies satellitaire et terrestre" sur la Bande L. En effet, les deux seules options présentées au CSA sont des modèles de radio payantes. Cela ferme la porte à la diversité et à la diffusion des radios locales. Le SNRL estime qu'en l'absence d'un déploiement national en Bande III, cela est contraire au pluralisme affiché par le Loi sur la Liberté de Communication à laquelle notre pays est profondément attaché. A cet effet, et au cas où les appels à candidature des 20 prochaines zones prévues ne seraient pas lancés maintenant en Bande III, le SNRL requiert que le CSA contraigne les opérateurs en Bande L à diffuser les éditeurs locaux et associatifs à des prix adaptés basés sur les coûts.

A l'heure où Apple se prépare à diffuser une offre web-radio massive adossée à I-Tunes, le syndicat alerte toute la filière : seule la diffusion hertzienne numérisée de façon cohérente sur toutes les bandes permet de répondre aux attentes des auditeurs en respectant la gatuité de l'écoute, la diversité et l'indépendance des éditeurs.




(*) Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles (Ministère de la Culture), Direction Générale de la Compétitivité, de l'Industrie et des Services (Redressement productif, Economie numérique)

Pièces jointes :
- Communiqué de presse du Gouvernement du jeudi 6 septembre 2012
- Communiqué de presse du SNRL du lundi 10 septembre 2012
120906___cp_rnt.pdf 120906 - cp RNT.pdf  (186.07 Ko)
cp_rnt_10092012.pdf CP-RNT_10092012.pdf  (316.77 Ko)