Syndicat National des Radios Libres
SNRL

snrlnew

Europe & International

Un français élu à la vice-présidence de l'Association Mondiale des Radios Communautaires

Le Syndicat National des Radios Libres mobilise ses forces pour organiser la solidarité des radios associatives et communautaires au plan mondial.


Jeudi 16 Décembre 2010 - 17:41

A l'occasion du 10ème Congrès de l'Association mondiale des radios communautaires (AMARC) à Buenos Aires, Emmanuel Boutterin, président du Syndicat National des Radios Libres, a été élu vice président de cette organisation pour une mandature de quatre ans. C'est la chilienne Maria Pia Matta qui a été élue présidente de l'AMARC avec un un plan d'action portant sur le renforcement de la radiodiffusion communautaire et de l'information de proximité au service des populations partout dans le monde.


Emmanuel Boutterin, nouveau vice-président exécutif de l'AMARC et Franck Larue, Rapporteur Spécial de l'ONU pour la liberté d'exression
Emmanuel Boutterin, nouveau vice-président exécutif de l'AMARC et Franck Larue, Rapporteur Spécial de l'ONU pour la liberté d'exression
C'est la première fois qu'un professionnel francophone, partisan d'une radiodiffusion pluraliste de proximité, accède à cette fonction, au sein du Comité Exécutif de cette ONG dédiée aux radios associatives et communautaires. L'AMARC, reconnue par l'UNESCO depuis 1986, regroupe plus de quatre mille radios et fédérations de radios de cent quatorze pays.

L' Amarc, une « longue marche » pour une radiodiffusion sociale et durable.

Fondée en 1983 à Montréal, ou elle a son siège, l’AMARC est une organisation non gouvernementale internationale (OING) au service des radio associatives et communautaires, composée de 4 000 membres dans 114 pays. C'est avant tout un réseau d’échange et de solidarité entre les radiodiffuseurs communautaires (associatifs) qui vise à coordonner et à faciliter la coopération entre ses membres. Quelques moments forts ont ponctué la vie de l'Amarc, et notamment la conférence d’Oaxtepec au Mexique, en 1992, avec l'affirmation que les radios communautaires ont un rôle important à jouer dans l'éducation et l'émancipation des femmes. La huitième conférence de l’AMARC à Katmandou, en 2003 a été la plus importante rencontre de radio-diffuseurs communautaires en Asie, qui plus est en zone de conflit. Cela lui a permis de devenir la pierre angulaire pour le développement exponentiel de la radio communautaire sur ce continent, et notamment en Inde et dans les Etats insulaires du Pacifique.

C'est a Amman en 2006, lors de la 9ème conférence que le syndicat des radios associatives françaises, avec une délégation composée de Geneviève Teyssier, d'Emmanuel Boutterin, d'Eric Lucas, de Patrice Berger et d'Agus Hernan, a contribué l'enrichissement des programmes de l'Amarc, au coté des leaders des radios d'Amérique Latine, notamment sur la question des radios éducatives, des langues minoritaires, et de la gestion démocratique du spectre. Le SNRL a préconisé une ligne d'action en faveur et de la gestion démocratique du spectre en soulignant l'importance des instruments de gestion et de nomalisation du spectre.

Les responsables des radios de femmes boliviennes saluent la délégation française
Les responsables des radios de femmes boliviennes saluent la délégation française

Buenos Aires marque une évolution

L'Assemblée Mondiale de Buenos Aires (La Plata) a reçu 534 congressistes et invités, dont près de deux cent venant de tous les pays d'Amérique Latine et des Caraïbes, et de tres nombreuses commmunautés indigènes. Il faut souligner que c'est la plus importante participation depuis la création de l'Amarc. Parmi eux, la délégation française, avec sept responsables de radios associatives (voir en bas de page), a fortement contribué aux travaux des conférences et aux tables rondes, sur la radio numérique, la formation professionnelle avec Jean-Michel Sauvage, les radios éducatives avec Eric Lucas, le financement public des radios avec Michelle Lestelle, la diversité linguistique radiodiffusée, qui a fait l'objet d'une motion d'orientation, avec Agus Hernan. ainsi qu'aux recommandations  finales de l'Amarc.

Le Secrétaire d'Etat à la Communication du Paraguay a déclaré lors d'une conférence animée par Michelle Lestelle, membre de la commission du FSER, qu'il adaptera le dispositif français à son pays.

Par ailleurs, le syndicat incarne depuis cette assemblée mondiale une logique politique en faveur des autorités indépendantes de régulation dans l'attribution équitable de la ressource hertzienne en faveur du pluralisme, complément indispensable des dispositifs de gestion démocratique du spectre.

Emmanuel Boutterin, Franck William LaRue, Michelle Lestelle et Steve Buckley, past-president de l'AMARC
Emmanuel Boutterin, Franck William LaRue, Michelle Lestelle et Steve Buckley, past-president de l'AMARC

Le Rapporteur de l'ONU pour la Liberté d'expression demande la reconnaissance des médias associatifs

Franck Larue est Rapporteur spécial de la liberté d’opinion et d’expression de l’ONU. Il demandé la reconnaissance des médias associatifs . Cette demande est inscrite dans son Rapport sur la situation de la liberté d’expression dans le monde qu'il a présenté devant le Conseil des Droits Humains des Nations Unies. Ce rapport souligne l’importance de la radiodiffusion associative pour l’exercice de la liberté, et demande aux Etats la création d’un cadre légal de télécommunications basé sur des principes démocratiques, l’objectif étant que ces médias puissent accéder aux fréquences radioélectriques de manière équitable. Lors d'une conférence avec Franck Larue, Emmanuel Boutterin a pris acte de ce nouveau point d'appui en faveur des radios. Toutefois, Le président du Syndicat a déclaré « mais cela restera lettre morte si nous ne nous mobilisons pas pour faire évoluer, avec l'AMARC, la législation dans le monde et son corolaire : la gestion démocratique du spectre et sa régulation au plan international, et notamment le respect par les états des préconisations de l'Union Internationale des Télécommunication, et l'intégration de cette problématique dans la Convention internationale pour la diversité culturelle, pilotée par l'UNESCO ».

L'Assemblée au Palazio municipal
L'Assemblée au Palazio municipal

L'ardente obligation de la solidarité entre les radios

L'équipe du SNRL a noué des liens avec ses homologues en Afrique, Amérique Latine et en Asie. Des conventions opérationnelles de coopération sont en cours, par exemple avec la fédération des radios d'Haïti, qui sont le vecteur essentiel de d'information des populations sinistrées.
 
"C'est une ardente obligation pour nous, radios installées de longue date dans le paysage médiatique français, d'apporter un soutien fraternel à nos collègues des autres continents, où la liberté d'expression reste souvent à conquérir ou à conforter", a déclaré Emmanuel Boutterin. «  C'est un grand honneur que font les les radios du monde entier au syndicat français. Leur choix est celui de l'engagement politique, notamment en faveur de la régulation et de la gestion démocratique du spectre. De nombreuses attentes ont été exprimées par les participants, notamment par les radios en zone de conflit, les radios des peuples indigènes, les radios paysannes, en Amérique Latine et dans les Caraibes, en Afrique, en Asie et dans le Pacifique, mais aussi les radios libres d'Europe, d'Amérique du Nord et d' Australie: il faut sécuriser l'accès à la ressource hertzienne en mode analogique et numérique, il faut sécuriser juridiquement les équipes, il faut sécuriser financièrement les radios » a ajouté le nouveau Vice Président de l'Amarc.

Les délégués de Haïti soutenant la candidature du SNRL lors de la proclamation du résultat des élections
Les délégués de Haïti soutenant la candidature du SNRL lors de la proclamation du résultat des élections

La question des modèles n'est pas unilatérale

Le Syndicat a fait de l'assemblée de Buenos Aires un moment important pour le rayonnement de la radiodiffusion associative française, et au delà, du dispositif de gestion de la ressource telle que nous le connaissons notamment en France et en Irlande.

Toutefois, selon Emmanuel Boutterin, « la France a elle seule ne constitue pas une référence universelle. Si l'on veut renforcer les législations en faveur d'une sanctuarisation de la ressource au bénéfice des radios associatives, intervenir pour une gestion transparente et régulée de la ressource, renforcer les relations avec l'UNESCO et l'Union Internationale des Télécommunications , il faut tenir compte d'autres dispositifs performants ailleurs dans le monde, qui peuvent également servir de modèle pour notre pays et nos radios »

La composition de la délégation française

Patrice Berger, délégué national à la diversité et la prévention des discriminations, président de Radio Pluriel ;Agus Hernan, coordinateur de la délégation ; Emmanuel Boutterin, président de Fréquence Mistral, président du syndicat, Michèle Lestelle, Vice-Présidente du syndicat, présidente de Radio Oloron ; Eric Lucas, délégué national à l'Education, la francophonie et la coopération, président de Fréquence Sillé ; Jean Michel Sauvage, délégué national aux Affaires Sociales, président de Vivre FM ; Ludovic Tellier, délégué national à la communication et aux partenariats, président de Espace FM.

Retrouvez sur la page Facebook du SNRL officiel le port-folio SNRL de l'Amarc 10