Syndicat National des Radios Libres
SNRL

snrlnew

Culture & Territoires

Insuffler une nouvelle politique publique en faveur de la Radio


Lundi 18 Mars 2019 - 10:36

Lors du festival Longueur d’Ondes à Brest en février 2019, la SCAM a dévoilé son « plaidoyer pour un fonds de soutien à la création radiophonique »(1) . Cette étude, réalisée par Loïc Chusseau, délégué national aux affaires culturelles du SNRL, met en avant les besoins et attentes du secteur de la radio, et fait suite au livre blanc sur un état des lieux de la création radiophonique réalisée par Hervé Marchon et publié par la Scam en 2016(2).
Le secteur de la création radiophonique foisonne d’initiatives et de projets mais est frappé par une forte précarité à tous les niveaux et un manque de reconnaissance des pouvoirs publics.
Le SNRL partage ce constat et demande maintenant au ministre de la Culture la mise en place d’une mission de préfiguration afin de définir les contours d’un Fonds pour la création et production radiophonique.


LA RADIO SE REINVENTE…

La radio a su s'adapter à l’arrivée de la télévision ; elle sait aujourd’hui intégrer les nouveaux usages du numérique, notamment via les services IP, la téléphonie mobile et le podcast.
Au niveau de ses missions, de nombreuses initiatives ont vu le jour pour porter l'action radiophonique avec une pratique renouvelée et vers de nouveaux publics.
Depuis les années 2000, le paysage radiophonique a intégré de nouveaux acteurs comme des podcasteurs, des structures de production ou encore des festivals. Une nouvelle forme de radio a ainsi vu le jour, plus mobile, plus inventive et plus libre. La radio va également à la rencontre du public, des jeunes dans le cadre de l’éducation aux médias, et met en avant les auteurs et réalisateurs notamment lors de séances d’écoute ou de festival.
 

…MAIS MANQUE DE FINANCEMENTS

Paradoxalement, ce secteur est fortement contraint par le manque de financements alors que les enjeux à relever sont importants pour donner à ce 8ème art la place qu’il mérite au risque de le voir réduit à une fonction purement divertissante :
  • Permettre aux professionnels et bénévoles des radios, aux auteurs et créateurs de pouvoir produire et créer dans les meilleures conditions tout en répondant aux enjeux de l’éducation aux médias ;
  • Renforcer la pluralité et l’indépendance de l’information ;
  • Développer l’émergence et la diversité culturelle et artistique.
 
Aujourd’hui, l’économie des radios associatives, qui repose en grande partie sur le FSER et les financements de collectivités locales, est trop restreinte et inégale en fonction des territoires pour permettre un accompagnement et développement de la création radiophonique.
Par ailleurs, il n’existe quasi aucune aide privée, la radio n’étant pas un champ trouvant un écho particulier dans le mécénat. Aussi, seuls quelques dispositifs de financements et bourses sont portés par les sociétés civiles d’auteurs, comme la Scam et la SACD, plutôt destinés à accompagner des auteurs sur l’écriture de leur projet avec des moyens dédiés très modestes au regard des besoins exprimés par le secteur.
 
Afin d’apporter sa contribution au secteur, le SNRL a pris l’initiative de créer le Fonds de dotation de la Radio, qui a vocation à s’élargir dans les prochaines années. Ce fonds ne pourra répondre aux besoins de financement et de structuration de la création radiophonique mais prendra sa place dans un schéma plus complet porté par l’État.
 

PRENDRE EXEMPLE SUR LE CNC

De nombreux dispositifs ont été définis pour promouvoir, soutenir et encadrer, entre autres, le financement des œuvres, la création et favoriser notamment les échanges entre professionnels dans les différents domaines artistiques.
Pour Loïc Chusseau, délégué national aux affaires culturelles du SNRL, « on peut citer à titre d’exemple le CNC(3) pour le cinéma et l’audiovisuel qui concourent à engager les acteurs du secteur dans une démarche vertueuse de production et de valorisation, tout en garantissant un financement acceptable faisant office de levier économique pour le développement des projets, notamment en région.
Qu’il soit auteur, producteur, diffuseur ou distributeur, chacun peut ainsi bénéficier, via le CNC, d’un financement tenant compte de la spécificité du projet développé et des différentes phases de mise en œuvre. 
L’État en portant une véritable politique publique dans le domaine de la radio, à l’image de celle pour l’audiovisuel, engagerait un développement des moyens de financement et une dynamique au niveau des régions en impliquant les différents acteurs locaux. »
 
L’art radiophonique nécessite ainsi une attention plus coordonnée et significative de la part des pouvoirs publics et du ministère de la Culture. En ce sens, le SNRL propose de créer un « Fonds pour la Radio » qui s’articulerait autour de deux piliers :
  • Le Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique avec son périmètre d’intervention actuel
  • Le Fonds pour la Création et Production Radiophonique tel que décrit dans le plaidoyer. »
  1. http://www.scam.fr/detail/ArticleId/5960/Pour-un-fonds-de-soutien-a-la-creation-radiophonique
  2. http://www.scam.fr/detail/ArticleId/4520/La-Scam-publie-l-etude-Radio-quelle-place-pour-les-auteurs
  3. Centre National du Cinéma et de l’image animée - https://www.cnc.fr