SNRL
Les Congrès annuels

Biarritz 2016 : Education à la Citoyenneté, Identités Culturelles, Enjeux et responsabilité des médias


Biarritz accueille le syndicat national des radios libres pendant 3 jours. À l’heure où le pays doit choisir une voie, utile à son unité et son apaisement, après les crimes de masse que nous avons connus, à l’heure où l’on constate le délitement des identités et du lien social, l’ignorance de ce qui fait société apparait comme un facteur de troubles. Au même moment, nous assistons à de honteuses péripéties médiatiques, qui, pour insignifiantes qu’elles soient, renforcent incontestablement le fossé entre les citoyens et les médias. Les radios locales n’acceptent pas de baisser les bras.


Il nous semble urgent que les médias jouent à nouveau le rôle d’éducation populaire et d’incitation au vivre ensemble qui leur avait été naturellement assigné par la puissance publique au sortir de la guerre. Nous allons faire mieux : nous souhaitons mettre un coup de projecteur sur celui des radios associatives dans leur dimension territoriale, dans leur programmation de découverte, dans leur conception de l’information de proximité.
Modernité de l’éducation populaire
Et si c’était le moment de renouveler, de moderniser, de se réapproprier la notion d’éducation  populaire ? N’est-ce pas motivant et séduisant que de donner du sens à nos métiers et à nos entreprises ? Les radios libres ont toujours défendu l’idée que les médias avaient un rôle d’éducation  la citoyenneté, intrinsèquement à la mission que le législateur leur a assignée.
Un cadre législatif et réglementaire donne les moyens de cette ambition : l’article 29 de la Loi sur la liberté de communication -qui fête cette année ses trente ans-, les cahiers des charges des médias de l’audiovisuel, la «police du contenu» et les responsabilités liées à la liberté d’expression qui relèvent d’une part du régulateur au travers de la Loi de 1986 et d’autre part du juge au travers de la Loi de 1881 et du Code Pénal. Cela constitue un ensemble politique qui permet de responsabiliser les médias, y compris sur internet avec la réforme de la Loi sur la Liberté de la presse.
Deux millions d’auditeurs, des milliers d’acteurs
Tous les jours, deux millions d’auditeurs écoutent une radio locale associative presque deux heures d’affilée. Chaque année, on estime que cent vingt mille invités sont accueillis dans le studio d’une radio locale associative. En trois décennies, plus de trois cent mille bénévoles ont animé une plage régulière sur une grille de programmation locale, transmettant leur passion « comme des pros ». Pour eux, comme pour les trois mille professionnels salariés, animateurs, techniciens, journalistes, la radio associative est une école de la création permanente et de la rigueur, une école de l’expression et de la voix, une école de la transmission culturelle entre les gens et entre les générations.
Médias locaux, responsabilité globale
Le Congrès de Biarritz va vous étonner : qualité des réflexions, implication des acteurs, présentation de nouveaux outils de promotion en faveur de la radiodiffusion locale, focus sur l’identité sociale et culturelle basque transfrontalière, autant de rencontres surprenantes, vivantes, inclusives, modernes, qui montrent que la radio libre est un vecteur efficace du vivre-ensemble sur tout le territoire de la république. Responsabilité assumée, revendiquée même, dont nos confrères des médias à vocation plus globale peuvent librement s’inspirer s’ils le souhaitent. C’est ce que nous souhaitons partager au Congrès « Biarritz 2016 ».
 
Un congrès exceptionnel autant sur les thèmes que sur les invités
C’est l’occasion de rencontrer les salariés et bénévoles des radios locales, de mesurer l’implication des cadres du SNRL avec le lancement de la régie des radios associatives engagées (Global Media Radio), avec la présentation du guide de la radio, du lancement du fonds de dotation de la radio ou encore de la signature d’une convention avec Eskolim (établissements scolaires privés en langue régionale de l’hexagone).

Les débats seront riches avec notamment  la présence de :
Patrice Gélinet, Membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, Président de la Commission « Radio analogique et numérique » ;
Christine Kelly, Ancienne membre du CSA, organisatrice de la Journée Education aux Médias le 21 novembre, Initiatrice de la Villa des Médias ;
Martin Ajdari, Directeur Général des médias et des industries culturelles (DGMIC) Ministère de la Culture et de la Communication ;
Damian Loreti, Avocat international, père de la loi sur l’audiovisuel en Argentine
 















Suivez le SNRL